Le Phare des Pâquis

46° 12’ 36” N – 6° 09’ 25” E

Le phare des Pâquis

Le fixateur à baguettes d’ Elie Wartmann.

Cette lampe à arcs a été mise en fonction le 6 décembre 1857 dans la lanterne du fanal des Pâquis.
L’essai n’a duré, hélas, que 6 mois. Des problèmes de batteries et de suies encrassant les vitres de la lanterne ont eu raison de cette première tentative mondiale d’éclairage d’un phare à l’électricité. (Cet appareil est visible, sur demande, au Musée d’Histoire des Sciences).

Le phare secondaire des Eaux-Vives.

Il se situe au musoir de la jetée des Eaux-Vives (Jet d’eau). Il a été réalisé en 1911 par l’Ingénieur cantonal Émile Charbonnier. Son feu fixe, de couleur rouge, équipé d’une lentille de Fresnel, couvre une aire de 270°.
Il marque l’entrée bâbord de la passe de la Rade.

Images